Dernière modification par Pat - 2015-04-22 03:52:02

Le règne de Josias

2 Chroniques 34

REDECOUVERTE

La beauté du chemin, c’est de ne savoir jamais vraiment ni où il va vous conduire ni ce à quoi s’y engager nous engagera finalement !

Voyez cet adolescent qu’est Josias ! Il a à peine 16ans et n’a comme seul souhait que de s’attacher au Dieu de David. Non seulement pour lui-même mais il veut cette cohérence pour le pays tout entier. Avant d’y arriver, il faudra vingt ans de réformes conduisant à la « purification » des temples, jusqu’à celui, finalement de Jérusalem. Combien de temps se sera écoulé avant que son désir se voit réaliser !

Voyez donc Josias ! Voilà un roi pieux et bien intentionné qui décide durant son règne de réparer le temple de Jérusalem qui n’échappait pas, lui non plus, à l’usure du temps. Il met pour cela tout en œuvre, il envoi récolter l’argent, convoque les corps de métier qui sont tous d’une probité exemplaire et qui ne manqueront de finir les travaux dans les délais impartis. Voilà une affaire rondement menée dont l’honneur et la gloire rejaillira encore pour les générations à venir sur ce roi Josias.

Mais, une surprise l’attends, et une surprise de taille ! Durant les travaux, on découvre un livre, rien de moins que Le livre de l’Alliance. Et là c’est la stupeur ! Soudain, à la faveur de cette restauration, c’est comme un pan entier de la vie et de la foi d’Israël qui soudain est redécouvert. Comme si, en s’attacher à consolider, à réparer cet édifice vieux de 300 ans, c’était toute la mémoire, tout ce qui avait constitué le fondement même de ce peuple, de cette royauté qui resurgissait du néant. Avec une certaine dose ironie, on pourrait dire qu’en voulant redonner une nouvelle jeunesse au Temple de Jérusalem, c’était au contraire tout le passé qui fait retour soudain à la face de Josias et de son peuple.

Mais n’en est-il pas toujours ainsi ? N’est-ce pas la vocation même d’un lieu comme celui-là ? Un lieu qui garde la mémoire, et qui est l’occasion pour chacun de se rappeler le sens même de l’Alliance, de se souvenir du sens, de l’exigence et de la signification réelle de la rencontre avec Dieu. Parti pour une restauration, voilà Josias qui va devoir se lancer dans une réforme ! Lui qui voulait préserver le passé de la corrosion du temps, il se retrouve mis en cause par ce même passé soudain rendu à la lumière. Parce que, ce qu’il découvre dans ce Livre de la Loi, c’est bien cela : une parole qui lui rappelle toute la fidélité de Dieu, toute l’histoire passée dans laquelle Dieu s’est montré présent au rendez-vous d’une histoire jalonnée par la bienveillance, par la délivrance, par la conclusion d’une alliance entre lui et son peuple. Et là, tout d’un coup, ce qui s’empare de Josias c’est l’évidence même ; lui, son peuple, et les générations qui les avaient précédés, n’avaient sans doute pas cessé, eux, de manquer les rendez-vous que Dieu leur avait fixé ! Avaient-ils, eux, toujours suivi l’Éternel, avaient-ils observé ses commandement et ses préceptes de tout leur cœur, de toute leur âme et de toute leur pensée afin de garder vivantes toutes les paroles du livre de l’Alliance ? Non, … sans aucun doute. Alors, cette Alliance soudain redécouverte, Josias va vouloir la sortir de l’oubli, il va vouloir la tirer du passé pour qu’elles deviennent enfin leur présent à eux. Et dans le temple, devant tout le peuple, dans le lieu même où ce livre avait été conservé, il va en faire solennellement la lecture afin que tous les habitants de Jérusalem et de Juda puissent renouveler cette alliance qui était devenu lettre morte. Bien plus encore, c’est le centre et le fondement même de l’existence d’Israël qui vont se trouver être ravivés, être ranimé par la célébration de la Pâque ; une célébration, nous dit le texte, qui n’avait pas eu une telle ampleur depuis l’époque des Juges. Ce jour-là très certainement, et comme cela ne lui était pas arriver depuis bien longtemps, Israël fut au rendez-vous de son Dieu !

Pasteur Patrick Evrard