Dernière modification par Johan - 2015-01-05 20:02:18

« Accroche ta vie à une étoile »

Esaïe 60 : 1-6 ; Éphésiens 3 : 2-6 : Matthieu 2 : 1-12

Introduction

« Accroche ta vie à une étoile … sinon tu la retrouveras suspendue à une pantoufle » (Stan Rougier)
Cette citation de Stan Rougier résume assez bien le défi qui nous est proposé par les textes de ce matin, en ce jour d’épiphanie !
« Accroche ta vie à une étoile … sinon tu la retrouveras suspendue à une pantoufle » : les mages et Hérode représentent assez bien ces eux extrêmes.
D’un coté des savants curieux qui cherchent, et de l’autre une autorité politique jalouse de son pouvoir qui consulte le savoir des autres.
D’un côté des hommes qui ont scruté les cieux et se sont mis en route, et de l’autre un roi bien à l’abri dans son palais qui fait venir à lui les détenteurs des connaissances ancestrales.
D’un côté des hommes qui se rendent disponibles et se laissent guider, de l’autre un politicien qui cherche à établir une stratégie pour se sécuriser et éliminer tout concurrent potentiel !

Les mages …

Quel contraste !
Or, ces mages ne sont pas forcément des personnages sympathiques, ni très bien vus des lecteurs de Matthieu. Ce sont des païens, des hommes qui consultent les astres, peut-être des prêtres perses, des personnages détenteurs de pouvoirs surnaturels, ou des propagandistes d’une nouvelle religion, … ou peut-être même des charlatans ! Bref, pas des personnages bien considérés de prime abord, et qui suscitent la sympathie …
(Comme je l’ai expliqué aux enfants, rien n’indique qu’ils étaient rois, ni qu’ils étaient trois, ni qu’ils s’appelaient Melchior, Gaspard et Balthazar … ce sont des éléments ajoutés par la suite par la tradition, sous l’influence d’écrits apocryphes ultérieurs et des artistes !!)

Ce ne sont donc pas les personnages en tant que tels qui sont intéressants, mais la description de leur voyage et de leur attitude.
Ils viennent de l’Orient … une notation que nous avons déjà rencontrée à plusieurs reprises depuis le début de cette année consacrée au thème du pèlerinage : l’Orient où Adam et Eve étaient envoyés au sortir du jardin d’Éden, l’Orient où Caïn était aussi envoyé après le meurtre de son frère, ces personnages mythiques envoyés vers le lieu de leur origine profonde, le lieu du lever du Soleil, renvoyés à la recherche d’eux-mêmes … rappelez-vous ce que nous en disions, que « l’Est, l’Orient dans la symbolique biblique est synonyme d’origine, tant géographique que temporelle. Marcher vers l’Orient, l’Est c’est marcher vers Dieu, vers la sagesse ; l’orient c’est le lieu du lever du soleil, symbole de vie. Marcher vers l’Orient c’est aller à la recherche de son origine comme lieu fondateur ! Être envoyé à l’Est, c’est être envoyé à la recherche de son identité, de ses racines, en quête de son origine profonde, travailler pour trouver sa véritable existence! »(Prédication de la rentrée - Septembre 2014). Marcher vers l’Est, tout un programme de vie …
Et voici les mages qui nous viennent d’Orient, du lieu du lever de l’étoile, cette étoile qui guide leur marche. Ils arrivent du lieu de l’origine et par leur voyage nous indique la voie à suivre !
Les mages sont donc bien des guides à suivre, malgré leur mauvaise réputation !
On les voyait comme des personnages capables d’infléchir le pouvoir céleste, et Matthieu les dépeint comme des êtres qui se laissent conduire docilement à destination.
Mais ces personnages sont aussi des veilleurs, des hommes de la nuit, habitués à scruter les cieux à la recherche de nouveaux signes, des personnages habitués à être attentifs, donc susceptibles de découvrir la nouveauté, de se laisser interpeller par l’insolite.
Ils nous apparaissent presque comme envoyés par Dieu pour nous montrer la route, envoyés par celui qui est l’Origine et qui indique une voie, un chemin pour nous trouver nous-mêmes !
Ils sont venus de loin en cherchant … alors qu’Hérode, celui qui est tout proche, ne cherche pas … en tout cas pas de manière honnête et sincère !!
Les uns interrogent, se déplacent, questionnent, tentent de se rapprocher du but et vont rendre hommage au Christ, alors qu’Hérode, lui, consulte, va sucer les informations chez les autres, mais ne se donne pas la peine de bouger … simplement, il prépare une stratégie de complot !
Là où les mages s’ouvrent au risque et à la nouveauté, Hérode se sécurise par des informations transmises par d’autres et par des dispositifs pour éliminer son rival …
En contraste à la disponibilité des mages, nous découvrons un Hérode tout en trouble et en rigidité. A l’adoration des mages va répondre la colère et la violence d’Hérode ….

« Accroche ta vie à une étoile ou tu la retrouveras suspendue à une pantoufle » …

Engage-toi dans l’espérance et l’aventure, ou tu te retrouveras tout amolli par une vie d’habitudes et de sécurités.
Fais le choix de la quête et du risque, et tu seras émerveillé de tout ce que tu peux découvrir avec Dieu, le Christ et tous ceux qui te sont donnés comme frères et sœurs, compagnons de la même aventure de la foi !
Si, au contraire, tu choisis la pantoufle, certes, tu seras bien au chaud, tes pieds ne seront pas blessés par les cailloux du chemin, … mais tu ne parcourras que les quelques mètres carrés déjà connus de ta maison ; tu resteras toujours dans le même décor, à parcourir les mêmes pièces, à dépoussiérer les mêmes meubles, à aspirer les mêmes tapis qui finiront par s’user !
Ta pantoufle te tiendra chaud … mais pas grand chose de stimulant ni de pimenté dans ta vie !

Accrocher sa vie à une étoile, c’est un mot d’ordre qui traverse toute l’Écriture, nous l’avons bien entendu ce matin au travers des diverses lectures ! C’est un mot d’ordre dynamique et engageant qui réclame de l’action et de la volonté, qui mobilise notre énergie et sollicite notre confiance ! C’est répondre positivement à Celui qui nous invite à cheminer à ses côtés.
Déjà dans le premier testament, chez Esaïe, c’est ce que nous entendions !
« Lève-toi, brille, car ta lumière paraît, Et la gloire de l’Éternel se lève sur toi. Car voici que les ténèbres couvrent la terre et l’obscurité les peuples ; mais sur toi l’Éternel se lève, sur toi sa gloire apparaît » (Es 60 : 1-2)
Quand Esaïe prononce ces paroles, la situation n’est pas facile pour le peuple juif ; certes le retour d’exil a eu lieu : grâce au roi païen Cyrus, le peuple a pu retrouver la liberté, quitter la terre d’exil et revenir sur la terre jadis donnée à ses ancêtres ; mais le retour est difficile car la cohabitation ne se passe pas bien avec les autres membres du peuple restés au pays. Il y a méfiance réciproque et refus de s’accepter car les deux camps s’accusent mutuellement d’infidélité et quasiment d’hérésie !!!La reconstruction du Temple qui était un objectif majeur a même dû être interrompue !! La situation est vraiment difficile et n’incite pas à l’optimisme et la confiance.
Alors Esaïe l’affirme : Ne te laisse pas décourager par les événements tels qu’ils t’apparaissent et garde les yeux plus largement ouverts que ce qui t’apparaît à première vue ! « Porte tes yeux alentour et regarde : tous ils se rassemblent, ils viennent vers toi … A cette vue, tu seras radieuse, ton cœur bondira et se dilatera » (Es 60 : 4,5).
Ne te satisfait pas des apparences mais regarde plus largement l’ensemble de la situation : élargis l’espace de ton regard, et découvre dans ce qui t’entoure tous ces petits signes qui t’invitent à te mettre en route sur le chemin de l’espérance !

Scrute, cherche, fatigue tes yeux à trouver les signes que tu dois interpréter. 

Sans interprétation, un signe reste un signe !

C’est juste une pantoufle qui ne t’invite à aucun voyage! Pour que ce signe devienne étoile et nous entraîne, il faut le recevoir, l’accueillir avec bonheur et reconnaissance, et l’interpréter … alors il nous ouvrira la voie vers une décision libre et personnelle!
« Les signes n’ont heureusement pas le pouvoir de conduire à la servilité ; ils ne peuvent qu’inviter à une décision toujours libre, à une mise en mouvement toujours volontaire » (Christophe ALLEMANN, Matthieu 2 : 1-12 : des signes qui conduisent à la joie, Lire et Dire janvier-mars 2008, p 33)
La présence de signes dans le ciel de notre vie nous restitue notre propre capacité de décision et nous rend notre liberté ! Nous avons tous le choix de les voir ou de ne pas les voir, de les interpréter ou de les ignorer, de chercher à en connaître le sens pour nous ou de les laisser en décoration de nos vies !
Nous avons le choix de nous laisser interpeller par cette parole de notre conjoint, de nos parents, de nos enfants, de nos collègues, de nos amis .. ou pas ! Nous avons le choix de laisser ce passage biblique, ce poème, cette affiche, cette citation, cet article, ce reportage nous parler et nous inviter à une aventure … ou pas…
Rien ne nous est imposé !
Mais sans démarche de notre part pour accrocher notre vie à une étoile, nous resterons suspendus à nos pantoufles !
Hérode n’a pas cherché par lui même le sens de ce qui se passait à ce moment là ! Il a laissé les signes être interprétés par d’autres sans faire l’effort de comprendre ce que cela signifiait pour lui à ce moment-là de sa vie !
Il a laissé les scribes et les sacrificateurs lui donner leur interprétation sans chercher à découvrir par lui-même ce qui lui était destiné !
Il a été alors envahi par la colère et la violence … et bien des innocents en ont été victimes !
Il n’a pas compris que ces mages partis d’Orient, partis de l’origine du sens, de la source, de la lumière à la recherche de la lumière pour ici et pour maintenant, étaient ses guides envoyés par Dieu.
S’il avait essayé de comprendre le sens des signes pour lui, s’il avait essayé d’accrocher sa vie à cette étoile dont lui parlaient ces païens, il aurait été mené sur une voie bien différente !
Il se serait vu libérer du besoin de se sécuriser tout seul, en ayant recours à la violence ; Il se serait laissé entrainer vers la reconnaissance d’une autre royauté que la sienne, celle qui se révèle dans l’abaissement et la vulnérabilité et non dans l’arrogance du pouvoir et de la domination … s’il avait accepté de scruter davantage le ciel de ces païens, au lieu de les instrumentaliser, il y aurait découvert l’étoile qui le menait vers son Orient à lui ! Le lieu du sens pour lui….
C’est là, en Orient, que les mages sont repartis, mais par un autre chemin ! Après l’adoration, ces mages sont rentrés chez eux ! Matthieu ne nous dit pas qu’ils sont devenus des disciples du Christ … Mais il nous dit qu’ils n’ont plus emprunté les mêmes chemins qu’à l’aller !
La découverte de ce nouveau petit roi les a changés ! D’avoir accroché leur vie à cette étoile les a rendus plus clairvoyants encore et courageux.

Ce matin, voici le message qui ouvre notre année civile : ouvrir les yeux sur les signes qui nous sont donnés par Dieu, par les moyens et les personnes qu’il juge utiles de nous envoyer pour nous permettre de découvrir toujours mieux le sens qu’il donne à nos vies.
Accrochons nos vies à son étoile et partons à la recherche des trésors de sens qui nous attendent sur nos chemins.
Il est là pour nous accompagner et nous empêcher de nous perdre et de tomber !
Amen

-- Pasteur Isabelle Detavernier